AGENDA
le 29/03/17

Plantation d’une haie champêtre au bord de la Rose

le 22/03/17

Greffage de variétés de pommiers et poiriers locales à emporter à Poitiers

Tous les articles
RECHERCHE

En France


PLANTONS POUR LA PLANÈTE, PLANTONS POUR NOS RÉGIONS

Depuis 2010, la Fondation Yves Rocher est engagée aux côtés de l’Afac- Agroforesteries (Association Française Arbres et Haies Champêtres) dans un défi de taille : reverdir les paysages français. La tournée des planteurs, qui a lieu tous les ans de novembre à février, marque en 2015 un tournant décisif !

En effet, le pari des 2 millions d’arbres plantés en France est presque relevé. Toujours mobilisées, les équipes vertes de l’AFAC, mais aussi de la Marque Yves Rocher, accompagnent la Fondation dans cet engagement. En Bretagne, dans l’Hérault, en Rhône-Alpes ou encore en Ile de France, les équipes contribuent encore à replanter toute la France.

 

NOTRE ENGAGEMENT EN FRANCE

En France, ce sont plus de 550.000 km de haies qui ont été détruits. Ces arbres champêtres paraissent ordinaires, mais ils conditionnent la préservation de la biodiversité et des écosystèmes.

 

Partenariat de 2010 à 2012, avec l’ONF (Office Nationale des Forêts)

Le 23 janvier 2009, les côtes aquitaines ont été rudement touchées par la tempête Klauss, les dégâts forestiers étant considérables à l’intérieur des terres. Le département des Landes est le plus affecté, 310 000 hectares de pins maritimes sont touchés, dont la moitié détruite à plus de 40%.

L’ONF a mené plusieurs projets de reboisement dans les zones fortement sinistrées par la tempête et notamment dans les forêts communales de Trensacq et Seyresse. Il a donc proposé de restaurer au total 18 hectares de forêts sinistrées sur ces territoires en constituant un boisement plus résistant, tant du point de vue des attaques parasitaires que vis-à-vis du vent. Cette meilleure résilience doit être atteinte en favorisant notamment le développement d’une biodiversité en mélangeant les plantations de feuillus et résineux. A terme, l’ONF souhaitait mener une action de sensibilisation sur ces territoires.

De 2010 à 2012, la Fondation Yves Rocher – Institut de France décidait d’accompagner l’ONF dans sa mission de protection de la forêt landaise, en participant à la restauration de la forêt.

-2-Sahurs (Haute-Normandie)-109

 

Aujourd’hui, un partenariat avec l’AFAC

En 2010, la Fondation Yves Rocher s’est engagée également dans un partenariat avec l’Afac-Agroforesteries. Depuis, l’Afac-Agroforesteries mobilise autour de ce programme plus de 200 structures de planteurs de haies et d’arbres champêtres. Elle a une capacité immédiate d’action sur le terrain, qui recouvre toute la France.

Les typologies de plantations menées par les opérateurs de terrain sont extrêmement variées et caractéristiques de paysages particuliers : haies (basses, sur talus, doubles), bosquets, vergers hautes tiges, intraparcellaire, allées d’arbres, arbres isolés, etc.

Ces formes arborées variées s’appliquent à des thématiques de plantation elles aussi très diversifiées selon les enjeux du territoire d’action : rétablissement d’une continuité bocagère, favorisation des auxiliaires de culture, lutte contre la banalisation des paysages ruraux, protection des parcelles pour les cultures ou l’élevage, lutte contre l’érosion, etc. Pour sensibiliser au programme de plantation avec la Fondation Yves Rocher, des animations de plantation sont mises en place dans toute la France. Ces animations permettent de communiquer sur des plantations exemplaires par leur démarche ou enjeux. Les équipes commerciales d’Yves Rocher sont notamment accueillies sur des chantiers de plantation et sensibilisées aux gestes techniques et à l’intérêt de la reconstitution du bocage. En 2015, la Fondation Yves Rocher innove et vise à se positionner comme précurseur de la filière AAL (Arbres et Arbustes Locaux) en France afin de faire émerger et de valoriser la filière. L’AFAC va donc favoriser les programmes de plantation de plants locaux et les animations vont également sensibiliser les planteurs aux semences locales.

LE SAVIEZ-VOUS ?   Capture d’écran 2015-10-21 à 17.08.17

La haie remplit cinq grandes fonctions :

1. La régulation climatique : réduction de la vitesse du vent atténuant les excès de chaleur et de froid, limitation de l’érosion éolienne, ombrage.
2. La régulation hydraulique : ralentissement de l’eau, alimentation des nappes phréatiques, limitation de l’érosion hydrique, dépollution des eaux de ruissellement, prévention contre les inondations, maintien de l’humidité et augmentation des pluies, réduction des risques de gelées tardives. Le rôle des haies dans la régulation des variations météorologiques et dans l’atténuation des événements atmosphériques augmentent la sécurité des rendements des cultures ainsi que la performance du bétail.
3. L ’équilibre naturel, la préservation de la biodiversité : création de corridors qui permettent aux animaux de se déplacer, abris de nombreux animaux.
4. La production de bois : limitation de la facture énergétique de l’exploitation, production d’énergie renouvelable.
5. Le paysage : aspect esthétique des arbres qui soulignent le relief, maintien de chemins de randonnées.

Notre engagement vis à vis de l’Arbre Local

vegetal_local

A l’heure actuelle seule une cinquantaine d’arbres forestiers (des résineux de production pour la plupart) vendus par les pépiniéristes ont une origine connue (Matériel Forestier de Reproduction).

Parallèlement, la diminution du patrimoine arborée liées aux arrachages (haies, arbres dans les champs, vergers) entraine la réduction du patrimoine génétique local. C’est ce qu’on appelle l’érosion de la biodiversité ordinaire. Cette biodiversité ne pourra pas être restaurée par des plantations de plants d’origine inconnue, lointaine et peu diversifié. Au contraire, l’introduction de ces plants entraine des phénomènes d’hybridations, de pollution et d’homogénéisation génétique.

Or, toute la capacité des végétaux à pouvoir résister à la modification de leur environnement réside dans leur diversité génétique. En effet, plus la « banque de gêne » portée par notre patrimoine arboré local est entretenue, plus nous avons de chances d’avoir des sujets résistant aux perturbations (agents pathogènes, réchauffements climatique, pollution etc…).

En résumé, planter local est utile car c’est :

  • Obtenir des plantations mieux adaptées aux conditions locales
  • Lutter contre l’érosion de la biodiversité ordinaire
  • Limiter notre empreinte écologique
  • Participer à une économie relocalisée.

Le label « Végétal local » vise à répondre aux enjeux précédemment cités. Il a été créé à l’initiative de la Fédération des Conservatoires Botaniques Nationaux, de l’Association Française Arbres Champêtres et Agroforesteries et de l’association Plante & Cité pour répondre aux enjeux écologiques et économiques de la restauration des milieux. Le premier appel à candidature a été lancé le 19 février 2015. L’AFAC et la Fondation Yves Rocher soutiennent ce label : sur notre nouvel engagement de 1 million d’arbres supplémentaires plantés en France à partir de 2016, 200 000 arbres seront subventionnés pour être labellisés « Végétal Local».

 tree3

  

PLANTONS POUR LA PLANÈTE, EN FRANCE

Nos plantations en 2016 / 2017

carte spots france 10-16

Emmerin
Blennes
Rennes
Igny
Theillac
La Gacilly
Chassagny
Paulhac
Poitiers
Hinsingen