Association Futuro replante des arbres au Portugal pour limiter l’invasion de l’eucalyptus, reportage de Juan Manuel Castro Prieto

Portugal, renaître de ses cendres

Portugal, renaitre de ses cendres

Au Portugal, de nombreuses terres agricoles ont été de plus en plus délaissées par les propriétaires, laissant place à de vastes territoires forestiers. L’activité papetière étant très importante et très rentable dans le pays, une monoculture intensive de pins maritimes, mais surtout d’eucalyptus s’est rapidement développé. L’eucalyptus, arbre nécessaire à la fabrication du papier, est aussi extrêmement invasif et hautement inflammable. Confronté depuis quelques années à des canicules importantes en été, le Portugal fait aussi face à une recrudescence de feux de forêts, toujours plus intenses, toujours plus dévastateurs… toujours plus meurtriers.

J’ai été très touché par ces paysages marqués par les incendies. Cette dévastation est terrible. Car si les arbres sont brûlés, toute la vie autour est décimée.

Pour la Fondation Yves Rocher, le photographe espagnol Juan Manuel Castro Prieto, membre de l’agence Vu, s’est rendu dans les forêts dévastées de la région de Monchique, dans le sud du pays, pour témoigner des ravages de ce fléau et rencontrer celles et ceux qui luttent pour l’endiguer. Marta, fondatrice de l’organisation, Futuro, a choisi de regarder vers l’avenir, mais surtout d’agir. Depuis 2011, elle n’a de cesse de planter des arbres sur l’aire métropolitaine de Porto. Avec le soutien de la Fondation Yves Rocher elle a déjà planté plus de 100 000 arbres.

Juan Manuel Castro Prieto, la force tranquille.

Avec son style si particulier, d’inspiration documentaire et artistique, Castro Prieto apporte sa touche pleine d’humanité à cette nature ravagée. Exigeant, il travaille les lumières avec la délicatesse et la sensibilité qui le caractérisent.

Un talent, une rigueur, une force de travail qu’il a mis au service de la Fondation Yves Rocher le temps d’un voyage au Portugal, pour mettre en lumière, cette nature en péril, mais secourue par de belles âmes, immortalisées et racontées à la fois par l’œil et le cœur de ce grand maître de la photographie.

La chambre grand format suggère une autre temporalité. Alors photographier, de cette manière, ces arbres plantés, c’est une façon d’évoquer leur longévité. Ils seront encore là bien après nous et pour de nombreuses années.  

Juan Manuel Castro Prieto, né à Madrid en 1958, était, chaque soir, fasciné par la silhouette de la serrure reflétée par la lumière venue du salon, contre le mur de sa chambre. « J’ai découvert, tout petit, la chambre noire, se souvient-il. C’est aussi l’origine de ma vocation. Car, dès lors, j’étais obsédé, fasciné et passionné par l’univers photographique. ». Aujourd’hui il travaille avec une chambre grand format. Une technique exigeante à l’image de cet artiste. Photographe méticuleux, il se défend d’être un photojournaliste. »

SOUTENEZ les femmes engagées
et les actions pour la biodiversité de la Fondation
#cultivonslengagement

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Partager