Marco Zorzanello le tourisme à l'ère du réchauffement climatique

PHOTOGRAPHES SOUTENUS

Un œil sur le monde

Soutenir et défendre le travail des photographes engagés qui témoignent par l’image de l’état de la planète, voilà notre mission.

Défendre la photographie qui nous donne à voir, à comprendre et à réagir. Ainsi, nous avons choisi de nous associer, depuis 2015, au Festival International de Photojournalisme Visa pour l’Image -Perpignan.

PRIX VISA POUR L’IMAGE

Depuis plus de 20 ans, ce festival accueille chaque année plus de 3 000 professionnels. Il est, à ce titre, considéré comme le plus grand festival de photojournalisme du monde.

Une fois par an, nous remettons à un·e photographe professionnel·le le Prix Photo de la Fondation Yves Rocher. Avec cette dotation de
8 000 euros, il s’agit pour nous, de saluer, d’encourager et d’accompagner un·e photographe professionnel·le travaillant sur des questions liées à l’environnement aux relations entre les humains et la Terre, aux grands enjeux de développement durable.

Ces photographes racontent l’environnement, mais aussi l’homme. Ces clichés mettent en relief  la fragilité… notre fragilité.
Jacques Rocher

Tourisme et
changement climatique

Primé en 2018, Marco Zorzanello jeune photographe italien, pose un regard juste et affûté sur les excès du tourisme de masse à l’ère du changement climatique. Son témoignage tragi-comique nous fait découvrir l’Italie, l’Antarctique et la Mer Morte d’une autre manière, et pousse à nous interroger sur les limites de nos modes de vie face à la catastrophe annoncée.

A découvrir par ici…

Marco Zorzanello Tourisme à l'ère du réchauffement climatique
Fausto Podavini photographe

La Vallée de l’Omo,
le barrage de la discorde

Fausto Podavini, d’origine italienne, notre lauréat de l’édition 2107, est un photographe à la fois engagé et humaniste. Ce dernier a été récompensé pour son travail sur les conséquences environnementales et sociales de la construction d’infrastructures dans la vallée de l’Omo.

A découvrir par ici…

Le Kazakhstan,
les dessous du nucléaire

Phil Hatcher-Moore est un photographe anglais primé en 2016. Passionné et engagé, il s’est rendu au fin fond du Kazakhstan dans la région de Semipalatinsk où ont été imposés aux populations locales, et ce depuis 1949, près d’un quart des essais nucléaires mondiaux. Phil Moore dénonce, à travers ses photos, les effets dévastateurs des radiations sur l’environnement et sur la santé humaine.

Phil Hatcher-Moore, journaliste engagé pour la planète

Le Sertao,
sécheresse et désolation

En 2015, Lianne Milton, américaine basée au Brésil, inaugurait la première édition de notre prix photo et recevait des mains de Jacques Rocher, à l’occasion du Festival International de Photojournalisme Visa pour l’Image – Perpignan, une récompense pour accompagner son travail sur la situation des fermiers dans le nord-est du Brésil. Dans le Sertão, région semi-aride, ces femmes et ces hommes souffrent de la sécheresse qui s’est aggravée ces dernières années. Avec son objectif, la jeune femme témoigne de la désespérance de ces familles rurales et pauvres, contraintes de tuer le bétail en regardant, impuissantes, le désert avance sur leurs terres.

SOUTENEZ les femmes engagées
et les actions pour la biodiversité de la Fondation
#cultivonslengagement

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Partager