Juan Manuel Castro Prieto photographe engagé

Juan Manuel Castro Prieto

La force tranquille

Juan Manuel Castro Prieto, toujours caché sous le drap noir de sa chambre grand format, est un photographe aussi discret, qu’il est sensible et généreux. Il partage avec nous quelques bribes de son voyage au Portugal, réalisé dans le but de mettre en lumière, cette nature en péril.

Connaissiez-vous le problème des feux de forêt au Portugal avant de réaliser ce reportage dans la région de Porto pour la Fondation Yves Rocher ?

Je vis à Madrid, je suis voisin du Portugal. Je m’y suis rendu plusieurs fois et j’ai couvert, notamment, les grands incendies particulièrement dévastateurs de l’été 2017. Les dégâts ont été considérables et ils ont fait beaucoup de victimes. Je connais bien le problème car, chaque été, le même scénario se produit aussi, chez moi, en Espagne. Mais au Portugal, la situation est bien plus grave à cause de la densité d’eucalyptus. Ces arbres contribuent à augmenter les risques d’incendies. C’est, à chaque fois, terrifiant de voir ces paysages de désolation sur des centaines d’hectares.

Quelle a été votre approche pour ce travail photographique ?

Je travaille toujours avec une chambre grand format 20×25 et c’est ce que j’ai fait pour ce reportage. Cette technique particulière permet de mettre en valeur le sujet. C’est très important pour moi. Dans ce cas précis, il s’agissait de faire un focus sur les acteurs de la reforestation, les personnes victimes des incendies ou tout simplement les arbres, car ils sont, eux aussi, des acteurs majeurs de cette histoire.
Par ailleurs, la chambre grand format suggère une autre temporalité. Alors photographier, de cette manière, ces arbres plantés, c’est une façon d’évoquer leur longévité. Ils seront encore là bien après nous et pour de nombreuses années.

Quel souvenir particulier gardez-vous de ce reportage ?

J’ai été très touché par ces paysages marqués par les incendies. Cette dévastation est terrible. Car si les arbres sont brulés, toute la vie autour est décimée, les plantes comme les animaux. Je n’oublie pas non plus ces personnes victimes qui ont tout perdu. Mais je veux aussi garder en souvenir l’esprit positif des membres de l’organisation Futuro qui mettent tout en œuvre pour trouver des solutions. Ils se mobilisent et résistent en plantant des arbres.

Feux de forêts et eucalyptus, un drame écologique au Portugal relaté par Juan Manuel Castro Prieto

En plantant des arbres, la Fondation Yves Rocher ne contribue pas seulement à la reforestation mais aussi à créer une prise de conscience collective.

Que pensez-vous de l’action de la Fondation Yves Rocher ?

La Fondation Yves Rocher fait un travail formidable en soutenant des actions comme celle de Futuro au Portugal. En plantant des arbres, elle ne contribue pas seulement à la reforestation mais aussi à créer une prise de conscience collective. C’est important de transmettre ce message et d’expliquer à chacun pourquoi il est urgent d’agir. Et la Fondation Yves Rocher le fait partout. Elle soutient les plantations d’arbres au Portugal, en Espagne, en Inde, en Ethiopie, aussi en France et dans bien d’autres pays dans le monde.

Quel message voudriez-vous que l’on retienne de votre travail ?

Je voudrais que l’on garde en tête l’engagement de toutes ces belles personnes sur le terrain qui, loin d’être fatalistes, retroussent leurs manches pour changer les choses dans le pays. Elles oeuvrent pour redonner toute sa place à la forêt indigène. Elles préparent des pousses dans les pépinières et plantent des arbres, non pas pour elles-mêmes, mais pour les autres, pour les générations futures. Car si rien n’est fait aujourd’hui, leur avenir sera difficile, elles souffriront d’un environnement ravagé.

Portugal, renaître de ses cendres

Découvrez la mission photographique
de Juan Manuel Castro Prieto au Portugal

Intéressé.e par les missions photographiques ? Cliquez ici !

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Partager