Jean Jouzel

la sentinelle du climat

Climatologue de renom, Jean Jouzel est une figure majeure de la question du changement climatique. Il n’a de cesse depuis des années de nous avertir de ses conséquences.

Il y a quelques années les gens souriaient quand on parlait de record de températures de 50 °C. Aujourd’hui, ils sourient moins car on s’en approche

Vous alertez depuis des années sur le réchauffement climatique et ses conséquences. Les Etats-Unis veulent se retirer des accords de Paris et d’autres pays peinent à respecter leurs engagements. Etes-vous optimiste ?

J’étais assez optimiste après la conférence de Paris sur le climat en 2015 car presque tous les pays ont ratifié et signé l’accord, sauf la Russie. Je le suis bien moins aujourd’hui. Le président américain veut se retirer. Le Brésil et l’Australie trainent des pieds, alors que l’on émet actuellement 50 milliards de tonnes de gaz à effet de serre. Si rien n’est fait, on atteindrait 65 milliards en 2030 et des réchauffements de 4 à 5 degrés d’ici la fin du siècle. C’est énorme.

Nous avons vécu l’été le plus chaud. Le niveau de sécheresse est important. Le climat change incontestablement. Le drame est-il encore évitable ?

Actuellement, le climat des deux prochaines décennies est pratiquement joué. L’action d’aujourd’hui permettrait de limiter le réchauffement climatique dans la deuxième partie du siècle. Il nous faut agir. Dans le cas contraire, nous ferions face à des réchauffements auxquels il nous sera difficile de nous adapter. Cela ne concerne pas seulement les générations futures, mais déjà les jeunes d’aujourd’hui quand ils auront mon âge. On peut encore limiter notre impact sur le climat, mais les efforts à faire sur les prochaines décennies sont énormes. Il y a urgence. Les gens n’imaginent pas ce qui va se passer. Si on ne fait rien, nous connaîtrons un monde complètement différent avec des records de températures de plus 10°C. Il y a quelques années les gens souriaient quand on parlait de record de températures de 50 °C. Aujourd’hui, ils sourient moins car on s’en approche.

Que devons-nous faire pour inverser le processus du dérèglement climatique si c’est encore possible ?

La première chose à faire serait de respecter nos engagements. Même si d’autres se retirent. La France s’est engagée à diminuer ses émissions de gaz à effet de serre de 40% d’ici 2030 et d’atteindre la neutralité carbone en 2050. Elle doit garder le cap, agir et monter l’exemple.

Vous publiez un nouvel ouvrage au cœur de l’été le plus chaud pour parler climat ? Que voudriez que l’on retienne en vous lisant ?

J’aimerais qu’on retienne l’importance de la recherche. Les scientifiques alertent depuis trente ans sur les risques de changements climatiques que nous subissons aujourd’hui et la société a apporté peu de crédit à leur propos. Je voudrais vraiment que les projections dont on parle, les chiffres que l’on donne soient vraiment pris au sérieux car nous sommes tous concernés.

Vous avez envie d’en savoir plus sur notre programme de plantation d’arbres en France et dans le monde ?

Découvrez Plantons pour la planète

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Partager