23 Mar 18

SOPHIE LEHIDEUX – 1ère LAURÉATE TERRE DE FEMMES FRANCE 2018

La Fondation

Sophie est couronnée du premier Prix Terre de Femmes de la Fondation Yves Rocher pour son action depuis près de 14 ans en Inde auprès des populations dites « intouchables » de ce vaste pays. Sophie, à travers Kynarou, son association, agit pour permettre à des villageois excessivement pauvres d’accéder à l’eau potable et à des sanitaires. À force de travail et de

conviction, elle a aussi développé des projets de gestion des déchets et de création de jardins potagers grâce à la récupération et au traitement des eaux usées permettant ainsi à ces familles de vivre dignement.

 

Qu’est ce qui a déclenché votre engagement ?

Depuis toute petite, j’ai toujours voulu travailler dans l’associatif ou l’humanitaire. Je voulais me rendre utile, aider les autres. Plus tard, j’ai eu l’occasion d’aller en Inde, en stage pour travailler sur un documentaire traitant de la condition des petites filles intouchables et orphelines. Au contact des populations, j’ai constaté qu’il y avait des besoins criants en matière d’eau et d’assainissement. Je me suis mise en action pour les aider, j’ai monté l’association Kynarou et quatorze années après je suis encore là avec toujours plus de projets.

 

Comment a mûri votre projet ?

Le projet n’a pas vraiment mûri. Je l’ai construit au fur et à mesure des rencontres et de la détresse auxquelles j’étais confrontée. Ces gens avaient besoin d’aide et j’ai agi, tout simplement. J’étais aussi motivée par l’urgence d’aider. L’action de l’association Kynarou répond à des besoins essentiels. Il ne s’agit pas de mûrir ou de réfléchir, mais d’agir. Avec toute l’équipe, nous faisons encore et encore depuis quatorze ans.

 

Quels sont les enjeux du projet ?

Nous avons de beaux projets. Cependant notre difficulté demeure la fragilité financière. Nous travaillons à ne plus dépendre des donations, et nous sommes en voie d’autonomisation financière en Inde. Le projet pourrait bientôt fonctionner tout seul. Dorénavant, nous envisageons de déployer nos actions au Burkina Faso et à Madagascar. Je rêve de pouvoir envoyer notre directeur indien en Afrique pour transmettre le savoir-faire acquis dans nos villages.

 

Comment peut-on aider votre association ?

Il y a plein de façons de contribuer ! Ceux qui le veulent peuvent faire du bénévolat de compétence, contribuer financièrement avec des dons. Certains organisent des événements en faveur de Kynarou. Nous pouvons aussi accueillir des personnes sur place pour des missions ponctuelles. Notre structure a la taille idéale pour permettre à des jeunes d’apprendre le travail dans le domaine de la solidarité internationale.

 

Que va changer le Prix Terre de Femmes pour vous ?

Le Prix Terre de Femmes va nous permettre de concrétiser notre projet d’agroécologie dans les villages. C’est aussi une formidable reconnaissance de notre engagement ! Ça recharge nos batteries et nous donne de l’énergie pour continuer cette bataille pour longtemps encore !


SUR LE MÊME SUJET