De père en fille

Regards croisés... Interview entre Jacques Rocher et sa fille Pauline...

Jacques Rocher

Président de
la Fondation Yves Rocher

Pauline Rocher

Fille de Jacques

Pauline • Comment est née ta conscience écologique ?

Jacques • Enfant, il n’était pas question d’intellectualiser. Je ressentais un vrai plaisir, simple, à être en contact avec la nature, les animaux. Avec mes frères on passait notre vie en forêt, c’était notre terrain de jeux, notre salle de sports aussi. Nous n’avions pas de jeux vidéo à l’époque. La prise de conscience est venue jeune ado, alors que j’étais parti prendre des photos sur le marais de Glénac. Là, j’ai eu un déclic face à la beauté et la profusion de vie dans cette nature. Ce jour-là, une vraie sensibilité pour la nature, que j’avais sans doute déjà enfouie en moi, s’est puissamment révélée.

P • Aujourd’hui, les jeunes sont très animés par l’écologie. Est-ce que tu trouves que c’est une bonne chose ?

J • Oui ! C’est formidable que les jeunes se mobilisent. Mais il faut que ça se traduise aussi en actions. La différence entre ta génération et la mienne c’est qu’à l’époque nous ne parlions pas de dérèglement climatique ni de perte de biodiversité. Nous n’avions pas cette vision planétaire non plus. On était dans un schéma qui n’était pas du tout le même, peut-être moins global, naturellement plus proche du local et de la nature. Moins sombre aussi.

P • Peux-tu me raconter ton premier souvenir d’engagement ?

J C’est difficile pour moi de te dater cela précisément. Je me souviens être allé au Sommet de la Terre de 1992. Nous n’étions que 3 représentants français à l’époque. Et pourtant, voir les ONG, les gouvernements, les entreprises travailler ensemble m’a donné l’élan d’agir encore plus !

P • Tu es souvent parti en mission sur le terrain à la rencontre des gens… Pourquoi est-ce si important pour toi ?

J • D’abord parce que c’est ça l’aventure humaine : rencontrer l’autre, découvrir des terres inconnues. Et pour ça, pas forcément besoin d’aller à l’autre bout du monde ! En France, avec nos lauréates Terre de Femmes ou avec des planteuses et planteurs d’arbres, j’ai tellement appris. C’est essentiel aussi pour s’assurer que nos actions soient vertueuses pour les populations locales,

P • Pourquoi est-ce primordial de se reconnecter à la nature, comme tu le dis toujours ?

J • L’hyper urbanisation et l’hyper connexion nous ont éloignés de la nature. On ne prend plus le temps de rien. C’est un vrai sujet pour moi. Avec le dérèglement climatique, on voit bien les modifications qui s’opèrent. Mais l’humain croit tout dominer… La nature nous alerte. Il est temps de s’y reconnecter et de l’écouter ! Je suis papy depuis peu et ce que j’ai envie de dire à mes deux petits-fils c’est : allez, gambadez, grimpez aux arbres, aimez les animaux. On protège toujours mieux ce qu’on aime. C’est aussi le cas de la nature.

P • Tu me racontes ta plus belle expérience de nature ?

J • Il y en a tellement. Mais si je dois en choisir une, je dirais mon séjour en Amazonie Brésilienne. Quand on est sur l’Amazone, on ne voit pas l’autre rive. Elle est à 30 km ! Là bas, j’ai compris l’incroyable puissance de la nature mais aussi sa grande fragilité.

P • As-tu un conseil pour que chacun s’approprie l’écologie à son échelle ?

J • Oui, aller vers le tissu associatif. L’énergie des bénévoles est grande et on est vraiment dans l’action ! Et marcher en forêt sans son smartphone. Moi j’ai le sentiment que mon esprit est plus libre quand je suis en forêt !

P • Comment fais-tu pour rester optimiste ?

J • Je ne suis pas forcément optimiste. Mais je n’ai pas envie de sombrer dans le pessimisme. L’optimisme, ça aide à agir. Mettre les mains dans la terre, faire, réaliser… Terre de Femmes au début, c’était un petit projet tout comme la plantation d’arbres… et le jour où j’ai dit que je voulais en planter 1 million, on m’a dit que j’étais fou ! Aujourd’hui, nous en avons planté 100 millions ! Sans optimisme, rien de tout cela n’aurait été possible. Voir le verre à moitié plein, c’est mon moteur pour agir. J’espère que je te l’ai transmis…

Zeen is a next generation WordPress theme. It’s powerful, beautifully designed and comes with everything you need to engage your visitors and increase conversions.

Partager