Anna Prokaeva

Ukraine

Anna Prokaeva – EcoHub – lieu où naît Kharkiv zero waste

Gagnante Ukraine 2019

Présentation du projet

Anna est journaliste indépendante. En 2017, elle fonde la société de recyclage Kharkiv Zero Waste et les sous-projets «Eco-École», «Sauvegarde le sachet», Footbank_kh, Reuse_lab. Actuellement, elle est étudiante de l’Université Nationale Technique «Institut Polytechnique de Kharkiv» pour se faire attribuer la profession d’ingénieur écologue. Son rêve est de transformer Kharkiv en ville zero waste, où le tri serait la mission numéro deux après la prévention de l’apparition des ordures mêmes.

Association : Zero Waste

OBJECTIF DE L'ACTION

- former une nouvelle culture de maniement des ordures, fondée sur le concept de la hiérarchie de traitement des ordures de l’UE : d’abord, prévenir l’apparition des ordures, avant de trier. Les gens ont à comprendre que dans la nature n’importe quelle chose n’apparaît pas de nulle part. Que la ressource primaire pour fabriquer la matière plastique provient du pétrole qui est épuisable. Que la matière plastique qui s’introduit dans le sol, dans l’eau, ne disparaît pas, non plus, nulle part. Elle se désintègre sous forme de micro matière plastique. L’homme a à connaître le maximum sur les ordures, afin de les traiter en connaisseur. Je suis convaincue que le fait d’éclairer les humains sur le sujet joue, aujourd’hui, le rôle déterminant pour leur prise de décisions. L’une de nos valeurs consiste à ne pas faire apprendre mais à fournir le maximum de faits, pour que l’humain prenne ses propres décisions

- bénéficier du soutien de 10% de la population de Kharkiv. Selon les sociologues, c’est le chiffre critique qui entraîne des changements irréversibles au sein de la société civile. Je suis persuadée que les fervents actifs se chiffrant par 10% de la population de Kharkiv suffisent, pour que zero waste et le triage soit la norme absolue. Et, au contraire, il n’est pas normal de jeter la matière recyclable dans le conteneur commun. L’achat des vaisselles et des sachets jetables doit être considéré comme mauvais ton. L’homme n’attend pas à ce que la consigne ou la loi vienne du niveau hiérarchique, il décide, lui-même, de vivre de façon écologique.

- mettre en place la coopération avec les fabricants des emballages et de bénéficier de leur soutien, afin d’atteindre le but : Kharkiv est la ville de zéro d’ordures». Pour éviter les conséquences, il faut lutter contre la chose causale. Et, aujourd’hui, le fabricant retient ce qui revient moins cher pour la production : des emballages peu coûteux que souvent les ravitailleurs ne souhaitent pas recevoir. Au cours d’un forum des agriculteurs organiques j’ai personnellement contacté plusieurs d’entre eux, combien le concept de «l’économie verte» n’ait été proche, 2 fabricants sur 15 seulement ont soutenu mon idée de rechercher des emballages alternatifs. Mais, 2, c’est déjà victorieux. Nous avons à dialoguer avec eux et les faire pencher vers le partenariat et le compromis.

- susciter la demande (la mode) de la culture de réutilisation (de valorisation). J’ai remarqué que certaines personnes (sinon, la majorité) suivent volontiers la tendance. C’est pourquoi, un des objectifs principaux de notre projet est de former la mode, la tendance, style à vivre écologiquement.

- mettre en place la plateforme active permanente – écohub – dans l’espace virtuel et réel qui constituera la concentration des idées éco créatives et des projets éco créatifs qui formeraient en synergie de nouveaux produits et services qui auraient pour objectif de réduire des quantités des ordures. Un lieu où naissent des idées, où viennent des start-ups avec leurs idées, où les gens peuvent satisfaire tous besoins en écologisation, à partir des consultations jusqu’aux besoins pratiques d’acheter des marchandises zero waste, de rendre la matière recyclable, de se lancer dans le volontariat, de confectionner sa propre trousse éco, de visiter la leçon éco, de donner les vêtements pour les dépanner, de décorer une vieille table, etc.

AUTRES LAURÉATES À DÉCOUVRIR

Toutes les lauréates