Sensibiliser

Sensibiliser, un éveil des sens et des consciences.

La Fondation Yves Rocher aspire à partager sa passion pour les plantes et son engagement. Elle souhaite sensibiliser le public à la beauté, la puissance, mais aussi la fragilité du monde végétal. Pour transmettre à tous  l’envie d’un monde meilleur.

 

L’abbaye de Royaumont

La Fondation Yves Rocher est engagée auprès de l’abbaye de Royaumont, fondée par Saint Louis au XIIIème siècle. En 2004, l’abbaye royale décidait de créer des jardins d’inspiration médiévale. Il s’agit d’appliquer aujourd’hui, la façon dont les jardiniers du Moyen Âge observaient, soignaient, sélectionnaient et multipliaient les plantes. Par un mécénat financier, en nature et de compétences, grâce à son expertise botanique, la Fondation Yves Rocher est le partenaire principal du jardin des 9 carrés. Elle apporte également son soutien à l’entretien du Potager-jardin, dont elle a rendu possible la réalisation en 2014.

 

L’Abbaye Royale de Chaalis

Parce que biodiversité se ressent et invite à l’éveil de tous les sens, la Fondation Yves Rocher, en partenariat avec l’abbaye royale de Chaalis a créé en 2003, son jardin aromatique et l’atelier des parfums.

Fondée au Moyen Âge, en 1136 par le roi Louis VI, elle est située au cœur de la forêt d’Ermenonville à 45 kilomètres de Paris. La Fondation Yves Rocher soutient un parcours sensoriel et l’atelier des parfums, avec une exposition permanente sur l’histoire du parfum et les méthodes d’extraction. L’atelier propose des travaux pratiques où chacun peut devenir, le temps d’une visite, maître parfumeur et composer sa propre fragrance.

 

Théâtre de Verre

Conscient de la nécessité pour les citadins de multiplier les occasions d’être en contact avec la nature, la Fondation Yves Rocher s’est associée au Théâtre de Verre et Florence Brunois, ethnologue au CNRS, pour contribuer à la création d’un jardin nomade et urbain. Situé au cœur d’un quartier populaire du 19ème arrondissement de Paris, ce jardin posé sur les 720 mètres carrés de toit du Théâtre de Verre tranche avec la densité de béton des tours voisines. Cet ilot de verdure suspendu offre un espace de respiration, mais de réflexion aussi. Car, si Florence Brunois a voulu ce jardin nomade c’est avant tout pour symboliser le réchauffement climatique et ses conséquences qui feront sûrement de nous des réfugiés du climat  et des nomades.