AGENDA
le 29/03/17

Plantation d’une haie champêtre au bord de la Rose

le 22/03/17

Greffage de variétés de pommiers et poiriers locales à emporter à Poitiers

Tous les articles
RECHERCHE

23 Jan 16

Planter des arbres pour soutenir l’agriculture locale au Burkina Faso

Plantons pour la planète

VISITE TERRAIN – JANVIER 2016

 

Le projet de reforestation de l’association Baobab 29 a été initié en 2008 par Anne Elisabeth Reault, lauréate du prix « Terre de Femmes ». Il vise à enrayer le processus de désertification dans la région de Réo, au Burkina Faso.

 

DSC_1967

 

Dans cette partie du sahel, la disparition du couvert végétal, due à un surpâturage et aux besoins en bois de feu et d’œuvre, pousse les femmes plus loin sur les pistes à la recherche de bois de chauffe. Les nappes phréatiques baissent et l’agriculture vivrière régresse. Les sols qui ne sont plus protégés par les arbres s’évanouissent, laissant apparaître la roche mère.

Le projet permet la plantation de 100 000 arbres chaque année, grâce à la participation des agriculteurs. En 2015, plus de 1000 familles, et dans 9 villages autour de Réo, ont planté leurs arbres. 20 essences sont utilisées, qui contribuent à l’amélioration des sols, par la fixation d’azote comme les acacias, qui fournissent du fourrage pour les animaux tels les Neems, ou des produits utiles comme le Karité.

IMG_2018

 

Les graines sont ramassées localement et confiées à des pépiniéristes villageois qui élèvent chacun entre 500 et 1000 plants. La proximité des pépiniéristes et des zones de plantation diminue les difficultés de transport, qui peuvent être considérables à l’approche de la saison des pluies. De plus en plus erratiques, celles-ci rendent souvent les pistes et routes impraticables.

 

IMG_2238

 

Les pépiniéristes, maraichers pour la plupart, peuvent grâce à ce programme compléter leurs revenus ce qui les aide à soutenir la scolarité de leurs enfants.

Les agriculteurs qui participent au programme sur la base du volontariat prennent peu à peu conscience de l’importance du couvert végétal pour protéger leur terre de l’érosion et de l’avancée du désert. Un grand pas pour cette population de cultivateurs-éleveurs pour qui les ressources naturelles étaient jusqu’ici illimitées. Le maraichage associé aux plantations d’arbres se développe.

 

DSC_1983

 

Des haies sont plantées qui limitent la divagation du bétail et permettent de délimiter les parcelles en culture.

Le projet de Baobab 29 soutiens en parallèle la construction de micro barrages pour retenir l’eau au moment des pluies torrentielles, et l’utilisation de Vétiver pour fixer les sols.

En 2015, des formations ont été mises en place en direction des pépiniéristes. Elles sont réalisées sur place par l’Association « Arbres de vie » partenaire local de Baobab 29.

Cette année, le programme impliquera 1774 familles de planteurs et 26 pépiniéristes, une goutte d’eau au regard des gigantesques problèmes de désertification de cette partie de l’Afrique, mais un espoir pour les populations locales que la jeunesse reste sur place et ne rejoigne pas les migrants qui s’entassent dans les bidonvilles des grandes métropoles, avant de tenter de migrer vers les pays du nord de la méditerranée.

Un grand défi pour le programme « Plantons pour la Planète » de la Fondation Yves Rocher !

Jean-Philippe Beau-Douëzy, administrateur de la Fondation Yves Rocher – Institut de France et expert du programme Plantons pour la Planète

partager