29 Nov 18

L’éleveur, ses brebis et ses arbres

Plantons pour la planète

Crédits photos: Wilfried Desvaux

Mercredi 14 novembre, le programme Plantons pour la Planète de la Fondation Yves Rocher, en partenariat avec l’Afac – Aagroforesteries a fait escale, le temps d’une journée, sur les terres de Rémy Estavil. Agriculteur, éleveur, passionné par son métier, soucieux de l’environnement, Rémy développe l’agroforesterie sur son exploitation. Et pour concrétiser sa démarche, Rémy avait besoin d’un peu d’aide… Nous étions là en nombre et dans la bonne humeur pour planter avec lui !

Après plusieurs jours d’une pluie battante, le soleil s’est imposé juste à temps pour donner un petit coup de main et beaucoup de cœur à l’ouvrage aux équipes de planteurs et planteuses mobilisées pour planter près de 300 arbres sur les terres de Rémy Estavil, à La Motte-de-Galaure dans la Drôme.

 

Tous pour un !

C’est donc sous un temps radieux que les brigades vertes armées jusqu’aux bottes, accompagnées, mercredi oblige, de nombreux enfants, se sont attelées à ce chantier qui avait comme des airs de classes vertes pour les petits bambins ravis de mettre les mains dans la terre, de se salir pour la bonne cause sans risque de se faire gronder, d’observer les vers de terre et surtout de câliner les petits agneaux.

Motivés, les volontaires n’en n’avaient pour autant pas oublié le programme du jour consistant à installer une belle haie qui protègera bientôt les brebis et leurs agneaux des intempéries et leur permettra de pâturer en toute sérénité à l’abris du vent ou du soleil.

 

Le bon sens paysan

Fils et petit-fils de paysan, Rémy a opéré un tournant majeur dans sa façon de travailler. Face à la crise du lait en 2013, il change de cap et renonce à son élevage de chèvres laitières pour se concentrer sur une exploitation composée uniquement de brebis et d’agneaux avec une approche très éloignée des modèles intensifs.

 

Le respect de la terre et des animaux

Sa préoccupation ? Travailler en préservant le bien-être animal et l’environnement.  L’agroforesterie s’impose donc comme une évidence. Alors que son père avait, dans les années 60, coupé des arbres sur l’autel du remembrement et de la productivité, Rémy replante pour mieux vivre (de et avec son travail). Car les arbres plantés sur cet espace agricole lui permettront très vite d’augmenter le rendement de ses terres sans jamais épuiser les sols. « Aujourd’hui, je me sens bien dans mes bottes ! Je suis en parfait accord avec moi-même et mes valeurs.  J’ai planté 1 300 arbres depuis 3 ans. Ils sont essentiels pour l’exploitation. Ils protègent les cultures des intempéries, fournissent de la matière organique, vont chercher de l’eau très profondément,  nourrissent la terre, mais aussi  les animaux, contribuent à leur équilibre nutritionnel, améliorent la qualité des sols et les préservent de l’érosion, stockent le CO2,  retiennent et filtrent l’eau et accueillent une biodiversité toujours plus riche. »

 


SUR LE MÊME SUJET