11 Dec 18

Agroforesterie, concilier et réconcilier l’arbre et l’agriculture

Plantons pour la planète

Copyright © Antoine Desvaux

« Les modèles intensifs d’agriculture et d’élevage ne respectent pas l’environnement et ne sont pas des systèmes pérennes. L’agroforesterie est à l’inverse écologique et un modèle économique . »

Éleveur, agriculteur à La-Motte-de-Galaure dans la Drôme, Rémy est un paysan heureux et fier de l’être. Il ne se lasse jamais d’observer la nature autour de lui. Avec son regard toujours pétillant et son sourire franc, il nous accueille sur son exploitation où il élève des brebis et leurs agneaux. Converti à l’agroforesterie depuis 2013, il a complètement transformé sa logique et son fonctionnement pour se rapprocher de la nature et des arbres. « Nous avions, avec mon épouse, une exploitation de chèvres laitières. La crise du lait nous emmenait vers une impasse. Nous le savions. Mais l’électrochoc fut Dès lors, nous avons pris la décision de tout changer. »

Rémy développe alors une activité d’élevage de brebis et d’agneaux et privilégie la qualité, le respect de l’environnement et de ses bêtes plutôt que le rendement à tout prix. Il s’appuie alors sur l’agroforesterie pour y parvenir. « J’ai tout appris en observant l’environnement, les arbres, les animaux et les insectes. Je vis et je travaille au rythme de la nature et j’adore ça. J’ai planté en 3 ans près de 1 300 arbres sur mon exploitation. Ils fournissent de la nourriture Les arbres  protègent  aussi mes bêtes des intempéries. Avec leurs racines et les matières organiques, ils vont chercher de l’eau très profondément et contribuent à enrichir les sols. Je ne fais plus aucun traitement pour les pâtures et les prairies. Aujourd’hui, j’ai trouvé mon équilibre. Je travaille grâce aux arbres dans le respect de l’environnement et des animaux et surtout je suis confiant dans l’avenir de mon métier. »


SUR LE MÊME SUJET