Agenda de la Fondation Yves Rocher
AGENDA
le 29/03/17

Plantation d’une haie champêtre au bord de la Rose

le 22/03/17

Greffage de variétés de pommiers et poiriers locales à emporter à Poitiers

Tous les articles
RECHERCHE

06 Nov 17

[5 QUESTIONS DE PLANTEUR À … MARTA PINTO]

La Fondation

Vous souvenez-vous de Marta Pinto ? Il s’agit d’une planteuse géniale découverte lors de l’édition 2013 du Prix Terre de Femmes au Portugal. Nous nous sommes récemment entretenus avec elle, afin d’en savoir plus sur son métier et sur son quotidien !

 

1. Peux-tu te présenter et nous parler de la structure dans laquelle tu travailles ? 

Je m’appelle Marta et je suis une biologiste passionnée par les plantes et par les gens. Je suis née à Porto et j’exerce mon métier en périphérie de la ville (dans l’aire urbaine). Six personnes et organisations différentes sont à l’origine de FUTURO, un projet dont l’objectif est de planter 100 000 arbres dans la région métropolitaine de Porto. Je suis très fière d’avoir aidé ce projet à voir le jour et à se développer.

Notre but, à travers ce projet, est la réhabilitation écologique de notre territoire, souffrant d’une surabondance de plantes envahissantes et d’eucalyptus, un manque de gestion et des incendies à répétition. Il était jusqu’alors laissé à l’abandon et sous-exploité. Nous intervenons actuellement sur 246 parcelles réparties sur 185 hectares. Ces six dernières années, nous avons ainsi planté plus de 98 000 arbres autochtones avec la collaboration de plusieurs centaines de techniciens et agents, ainsi que des milliers de citoyens.

2. Comment est né ton souhait de devenir planteur(se) ? Aurais-tu pu imaginer faire ce métier ?

Non, je ne pensais pas qu’un jour je serais « planteuse ». Je n’ai pas cherché ce travail, c’est ce travail qui est venu me chercher 🙂 De 2003 à 2010, j’ai participé, dans le cadre de mon activité à l’Université, à des études stratégiques dans la région de Porto. Nous en arrivions toujours à la même conclusion : pour réhabiliter notre territoire, nous devions trouver un moyen de mobiliser, entre autres, citoyens, organismes publics et propriétaires privés. Je n’ai pas cherché la réponse à cette question, c’est la communauté qui y a répondu. J’ai simplement aidé à la création d’un réseau de travail et à mettre en œuvre des actions ayant un réel impact sur les individus et le territoire.

3. Quelle est ta plus belle expérience de nature ?

En se baladant dans notre forêt, on est ébloui à chaque instant par sa diversité, ses odeurs, ses températures clémentes, ses sons, ses couleurs, ses formes, les règles de la nature… C’est, à chaque fois, une expérience unique. À la fin d’une semaine de travail, nos muscles sont extrêmement tendus (bien plus que nous l’imaginons), mais après une demi-heure de promenade en forêt la pression s’est envolée. C’est un phénomène difficile à expliquer, mais c’est comme si la cage thoracique devenait plus légère, s’ouvrait plus grand. Après avoir laissé mon regard se perdre dans le vert des feuilles, à la cime des arbres ou encore dans les racines et leur profondeur, j’en ressors toujours revivifiée, comme « neuve ».

4. ” Seul on va vite, ensemble on va plus loin”. Tu travailles avec des centaines de bénévoles, qu’est-ce que cela t’apporte ?

Les bénévoles du projet FUTURO sont extraordinaires de volonté, de générosité, de détermination et d’abnégation. Ils donnent une merveilleuse impulsion au projet qui, sans cela, ne serait certainement pas ce qu’il est aujourd’hui. J’ai appris énormément au contact des bénévoles de FUTURO, tant sur les plantes que sur les gens. Je m’y suis même fait de très bons amis.

5. Un message dont tu voudrais nous faire part ?

Je pense que le projet FUTURO est un véritable don du ciel : grâce à lui, j’ai pu sortir de ma coquille et me réaliser. Il a donné un nouveau souffle à ma vie, alors parsemée de doutes. J’y ai appris, avec les arbres, des notions essentielles comme la résilience (s’adapter), la générosité (donner de manière inconditionnelle) et le lâcher-prise (se délester de ses vieilles feuilles pour laisser la place au renouveau).

 

En savoir + sur Marta et son projet de plantation avec FUTURO

partager